Transport et aménagement du territoire

 

 

Le RNCREQ est d’avis que l’urbanisation désordonnée et à faible densité qui se pratique au Québec depuis des décennies va à l’encontre des efforts visant à amener le Québec sur la voie du développement durable. En fait, l’étalement urbain est reconnu comme un facteur d’amplification de plusieurs problématiques économiques, environnementales et sociales. L’automobile comme mode dominant des déplacements des personnes, le développement continuel du réseau routier et la sédentarisation croissante des ménages, pour ne donner que quelques exemples, ont des effets dramatiques pour la société.

Le RNCREQ encourage donc le développement et la mise en œuvre de stratégies d’aménagement visant la réduction de la dépendance à l’automobile, l’amélioration de la qualité de l’air, la prise en compte de contraintes pouvant affecter la mobilité des personnes, ainsi que l’amélioration de la vitalité sociale, culturelle et économique des municipalités. Ces stratégies doivent reposer sur la valorisation des modes de transport alternatifs, une utilisation optimale des transports publics et le développement de l’intermodalité.

En outre, la protection de la zone agricole et des milieux naturels doit être au cœur de cette stratégie.

 

Responsable du comité Transports et aménagement

Coralie Deny, directrice du CRE-Montréal
cdeny@cremtl.qc.ca

 

Interventions

Le RNCREQ est membre de TRANSIT, l'alliance pour le financement des transports collectifs au Québec. Suivez les interventions de TRANSIT sur sa page facebook ou consultez  son site web.
Site web de TRANSIT | Page facebook de TRANSIT

 

  • Dans le cadre des consultations publiques sur la sécurité routière (février-mars 2017), plusieurs CRE ont déposé un mémoire ou un avis.
    Lire l'avis du CRE Bas-Saint-Laurent | «La sécurité routière, un moyen pour réduire la consommation de pétrole et les émissions de GES» 
    Lire le mémoire du CRE Estrie | Chacune des recommandations s'inscrit à la fois dans une approche Vision Zéro et dans un souci de protection de l'environnement par une mobilité mieux adaptée ainsi qu'une plus grande place à la qualité des milieux de vie locale.
    Lire le mémoire du CRE-Montréal | «Améliorer la sécurité routière : un projet de société aux multiples bénéfices» – 21 recommandations présentent un large éventail d’actions réglementaires, budgétaires, politiques et d’aménagements qui, ­­mises en application simultanément, permettront d’encourager la mobilité durable et d’améliorer le bilan routier en milieu urbain.
    Lire le mémoire du CRE Capitale-nationale | 14 recommandations en trois thèmes. 1. Pour une circulation apaisée, sécurisée et durable, 2. La place laissée aux piétons et aux cyclistes, 3. Éducation

 

  • Le RNCREQ, l’Ordre des urbanistes du Québec, Vivre en Ville et la Maison du développement durable ont organisé le 13 septembre 2016 une activité publique sur la transition énergétique par l’aménagement urbain. L’événement comprenait des allocutions, dont celle du ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel, une table ronde d’experts et un cocktail réseautage.
  • Dévoilement des lauréats du concours d'apaisement de la circulation « Vers des rues plus conviviales » : une vitrine des bonnes pratiques. Lire le communiqué. (Juin 2013)
     
  • Participation aux consultations publiques sur la nouvelle politique québécoise de mobilité durable (PQMD) : une large coalition réclame au gouvernement de majorer de 1 milliard $ par année les sommes investies dans le transport en commun. Lire le communiqué. Lire la déclaration pour la mobilité durable. (Mai 2013)
     
  • Réaction au projet de prolongement de l'autoroute 19 : le RNCREQ a exprimé sa déception suite à cette annonce qui va à l’encontre des objectifs gouvernementaux (mais 2013). Lire le communiqué.
  • Lancement de la 2e édition du concours d'apaisement de la circulation « Vers des rues plus conviviales » : les CRE veulent provoquer le changement dans les façons de se déplacer (février 2013). Lire le communiqué.
  • Réaction à la nouvelle norme sur le stationnement lancée par le Bureau de normalisation du Québec en collaboration avec l’Institut national de santé publique du Québec : un outil concret pour adapter les centres urbains aux changements climatiques (février 2013). Lire le communiqué.
  • Réaction à l'implantation d’un sentier cyclable et pédestre dans la région du Grand Montréal : un premier geste concret dans l’implantation de la trame verte et bleue (juin 2012). Lire le communiqué.
  • Dépot d'un mémoire sur le projet de loi 48, Loi concernant l’inspection environnementale des véhicules automobiles, devant la Commission des transports et de l’environnement. Le RNCREQ réitère son appui à la mise en place des mécanismes législatifs nécessaires à la concrétisation du Programme d’inspection et d’entretien des véhicules automobiles (PIEVA). (mai 2012)  Consulter le mémoire. Visionner l'audition.
  • Dépot d'un mémoire sur le financement des transports collectifs dans le cadre des consultations publiques de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) : des efforts substantiels doivent être consentis pour soutenir le développement du transport collectif (mai 2012). Consulter le mémoire. Lire le communiqué.
  • Dépot d'un mémoire sur le projet de loi 34, Loi pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires, à la Commission de l'aménagement et du territoire : les modèles actuels de développement dominants créent l'illusion de la vitalité et ne constituent pas du développement durable (février 2012) Consulter le mémoire. Visionner l'audition 
  • Dépot d'un mémoire conjoint avec Vivre en ville, Équiterre et la Fondation David Suzuki sur l'avant-projet de loi sur l'aménagement durable du territoire et l'urbanisme, dans le cadre de la Commission de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale : le Québec a besoin d'un véritable changement de cap de l’aménagement du territoire afin de mieux bâtir nos quartiers, nos villes, nos villages (mai 2011) Consulter le mémoire.
  • Réaction à l'annonce programme d’aide à l’implantation de projets intermodaux : en favorisant l’utilisation des transports maritime et ferroviaire, les projets subventionnés généreront des gains à la fois écologiques et économiques (mai 2008). Lire le communiqué
  • Réaction aux investissements en faveur du développement routier : le gouvernement doit investir dans le transport en commun pour des raisons d’efficacité, de sécurité, d’équité, de santé publique, d’économie et d’environnement (février 2008). Lire le communiqué

 

Retour à la liste